Insaisissable, Installation, dimensions variables, fil de fer, cire blanche, Colombière sur Orb, 2010. Coréalisé avec Mā Thévenin.


L’Homme est un animal qui marche debout… Après quoi court il ? Que cherche-t-il ? La psychanalyse situe l’apparition de l’ « être humain » avec l’invention du langage. Depuis, celui-ci a construit de multiples représentations de l’univers.

Au-delà des mots, où se trouve la réalité ?




L’œuvre est composée de trois installations successives : La première présente un homme en fil de fer, marchant en suivant des empreintes de pas en cire blanche. La deuxième met en œuvre un homme en fil de fer, assis en méditant. Devant lui des traces de pas en cire blanche. La troisième est la rencontre en un point quelconque de multiples traces de pas, chacune portant inscrites les syllabes du mot « insaisissable » dans plusieurs langues du monde.
L’Homme est un animal qui marche debout… Après quoi court il ? Que cherche-t-il ? La psychanalyse situe l’apparition de l’ « être humain » avec l’invention du langage. Depuis, celui-ci a construit de multiples représentations de l’univers. Au-delà des mots, où se trouve la réalité ?

Selon une très ancienne cosmogonie, un jour un homme mangea une pomme. A partir de cette pomme rien ne fut plus jamais comme avant…
Alors l’homme s’assit, et commença à interroger cet univers dont il se sentait désormais séparé. Il nomma la pomme « pomme », ainsi que tous les objets qui l’entouraient. Il chercha à comprendre, et se mit à analyser, à cataloguer, à inventorier... Il créa des langages, des alphabets, des codes, des écritures, des comportements. Il construisit des cités, inventa des sciences et des techniques.
Et puis, finalement, il se sentit très seul avec tous ces mots... Il découvrit que l’essentiel ne pouvait être désigné par le langage. Il découvrit que la pomme et lui n’étaient jamais que l’une ou l’autre des multiples facettes de l’univers tout entier. La pomme était lui et lui était la pomme…

Alors il mangea la pomme... et disparut !